À propos
Vous êtes ici:   Accueil  /  Chronologie  /  Cours en droit sur injonction : le monde à l’envers – 16 mai
  • Tombée-de-cours-à-l'UQAM_003
  • Ostie-de-grosse-manif-2-_003
  • Tombée-de-cours-à-l'UQAM_007
  • Tombée-de-cours-à-l'UQAM_006
  • Tombée-de-cours-à-l'UQAM_005
  • Tombée-de-cours-à-l'UQAM_004
  • Tombée-de-cours-à-l'UQAM_002
  • Tombée-de-cours-à-l'UQAM_001

Cours en droit sur injonction : le monde à l’envers – 16 mai

Mercredi 16 mai 2012, Montréal.

À l’Université du Québec à Montréal (UQÀM)1, une même faculté regroupe le droit et la science politique. Une même association facultaire représente donc ces deux populations estudiantines : l’Association facultaire étudiante de science politique et droit (AFESPED) compte 2 100 membres, dont environ un tiers d’étudiants en droit. Si les assemblées de l’AFESPED ont reconduit le vote de grève, les étudiants en droit réunis en assemblée modulaire se sont prononcés pour la reprise des cours. Étant également membres de l’AFESPED, ils sont toutefois liés par les mandats de grève de leur association facultaire…

Les recours aux tribunaux se multiplient dans le conflit étudiant. Une injonction judiciaire oblige maintenant l’UQÀM à offrir tous les cours dans lesquels est inscrit au moins un étudiant en droit – en dépit des votes de grève majoritaires de l’AFESPED. Les carrés rouges2 ripostent par une manifestation visant à forcer l’annulation des cours imposés par injonction, à faire respecter les votes de grève facultaires et à dénoncer la judiciarisation du conflit.

Environ 500 manifestants se rassemblent à 9 h au parc Émilie-Gamelin, tout proche de l’UQÀM. Ils se mettent à marcher tranquillement vers 9 h 30… puis à courir pour prendre de court la direction de l’université. Ils se heurtent d’abord à une porte close, puis réussissent à s’immiscer dans les locaux. Se divisant en petits groupes pour accroître leur efficacité sur le terrain, ils déambulent dans les couloirs à la recherche des cours assurés en vertu de l’injonction. Ils ouvrent des portes, jettent un œil dans les salles de classe, les font évacuer le cas échéant, repartent. Leurs slogans résonnent haut et clair dans ces couloirs habituellement grouillants de monde, mais déserts ou presque depuis le début de la contestation étudiante, trois mois plus tôt.

Leur parcours terminé, les manifestants se rassemblent à l’agora intérieure du pavillon Judith-Jasmin. Chants, slogans, foule allègre – et victoire : la reprise des cours visés par l’injonction est reportée.

1 L’Université du Québec à Montréal (UQÀM) est l’un des quatre établissements universitaires de la métropole montréalaise avec l’Université de Montréal (UdM, également francophone) ainsi que McGill et Concordia (toutes deux anglophones)

2 L’expression a d’abord désigné les étudiants en grève contre le projet d’augmentation des frais de scolarité du gouvernement Libéral de Jean Charest. Par extension, elle s’est ensuite appliquée à toute personne, étudiante ou non, favorable à cette contestation estudiantine et, plus tard encore, à toute personne appuyant le mouvement social et populaire catalysé par les étudiants.

Chronologie  /  Tags: