À propos
Vous êtes ici:   Accueil  /  Chronologie  /  Pour un Printemps québécois – 14 avril
  • Rassemblement des manifestants au Parc Jeanne-Mance, au pied du Mont-Royal.
  • Des représentants du Parti Rhinocéros encouragent les manifestants.
  • Les manifestants de tous âges défilent dans le centre-ville de Montréal avec une bannière où l'on peut lire: La grève est étudiante, la lutte est populaire.
  • Les manifestants ( Gabriel Nadeau-Dubois en tête ) de tous âges défilent dans le centre-ville de Montréal.
  • Les manifestants de tous âges défilent dans le centre-ville de Montréal.
  • Les manifestants de tous âges défilent dans le centre-ville de Montréal.
  • Les manifestants de tous âges défilent dans le centre-ville de Montréal.
  • Les manifestants de tous âges défilent dans le centre-ville de Montréal.
  • Les manifestants de tous âges arrivent au Square Victoria, à Montréal avec une bannière où l'on peut lire: La grève est étudiante, la lutte est populaire.
  • Les manifestants de tous âges arrivent au Square Victoria, à Montréal.
  • Les manifestants de tous âges arrivent au Square Victoria, à Montréal.
  • Des manifestants sont grimpés dans un arbre pour écouter les discours prononcés devant le Square Victoria, à Montréal.
  • Discours de Jeanne Reynolds devant le Square Victoria, à Montréal.
  • Des manifestants grimpés sur la statue de Victoria brandissent leurs drapeau rouges et du Québec.

Pour un Printemps québécois – 14 avril

Samedi 14 avril 2012, Montréal.

Environ 30 000 personnes se rassemblent au parc Jeanne-Mance, au pied du Mont-Royal. Désireuse d’élargir sa lutte, la CLASSE* a appelé à une manifestation populaire autour du mot de ralliement : « Pour un Printemps québécois ». Les manifestants s’engagent rue Mont-Royal vers l’est, tournent vers le sud rue Saint-Denis, puis bifurquent vers l’ouest par le boulevard René-Lévesque jusqu’au square Victoria.

Joyeuse, familiale et pacifique, la manifestation se déroule dans la bonne humeur – mais les marcheurs ont l’espoir et la détermination chevillés au corps. Depuis la grande vague rouge du 22 mars, l’appui au mouvement étudiant se maintient et la contestation s’amplifie. En ce 14 avril 2012, neuf ans jour pour jour après la première élection des Libéraux de Jean Charest au Québec et deux semaines après le dépôt du budget fédéral à Ottawa, ce ne sont pas les motifs de mécontentement qui manquent…

Les 30 000 manifestants du 14 avril 2012 sont jeunes, vieux, étudiants, parents, travailleurs… Ils ont en commun le désir foisonnant de jeter aux orties magouilles, scléroses et chasses gardées, de reprendre la parole, de renouer avec un projet de société inspirant, de réinventer leur avenir collectif.

La grève est étudiante, la lutte est populaire.

* L’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) est une organisation de type syndical regroupant plus de 40 000 membres de différentes associations étudiantes des cégeps (établissements postsecondaires techniques ou préuniversitaires) et universités de tout le Québec. La CLASSE (Coalition large de l’ASSÉ) était une coalition temporaire mise sur pied en décembre 2011 pour combattre la hausse des frais de scolarité et coordonner les actions de grève de l’hiver 2012. Dissoute comme prévu à la fin de son mandat, la CLASSE permettait d’ouvrir les structures de l’ASSÉ à des associations étudiantes non-membres afin d’élargir le mouvement.