À propos
Vous êtes ici:   Accueil  /  Chronologie  /  Les juristes contre la loi 12 : carrés rouges sur toges noires – 28 mai
  • Manifestation-des-juristes-du-28-mai-2012-à-Montréal_010
  • Manifestation-des-juristes-du-28-mai-2012-à-Montréal_007
  • Manifestation-des-juristes-du-28-mai-2012-à-Montréal_005
  • Manifestation-des-juristes-du-28-mai-2012-à-Montréal_008
  • Manifestation-des-juristes-du-28-mai-2012-à-Montréal_009
  • Manifestation-des-juristes-du-28-mai-2012-à-Montréal_006
  • Manifestation-des-juristes-du-28-mai-2012-à-Montréal_004
  • Manifestation-des-juristes-du-28-mai-2012-à-Montréal_012
  • Manifestation-des-juristes-du-28-mai-2012-à-Montréal_003
  • Manifestation-des-juristes-du-28-mai-2012-à-Montréal_001
  • Manifestation-des-juristes-du-28-mai-2012-à-Montréal_013
  • Manifestation-des-juristes-du-28-mai-2012-à-Montréal_002
  • Manifestation-des-juristes-du-28-mai-2012-à-Montréal_011

Les juristes contre la loi 12 : carrés rouges sur toges noires – 28 mai

Lundi 28 mai 2012, Montréal.

Les carrés rouges1 l’appellent la loi spéciale (et précisent : « On s’en câââââlice! ») ou la loi matraque (« On s’en tabarnake! ») 2. Eux l’appellent « L.Q. 2012, c. 12 ». Normal : ce sont des juristes.

Quoi? Des juristes qui manifestent contre une loi? Oui, 500 juristes – et en toges, s’il vous plaît! Faut-il que la coupe soit pleine pour des gens de réserve et de pondération descendent dans la rue pour y exprimer leur colère? En silence. Pour ces gens de parole, le mutisme s’impose mieux qu’un cri pour dire le ras-le-bol.

La manifestation s’amorce devant le Palais de Justice de Montréal à 18 h 30. Dans les règles de l’art : l’itinéraire du cortège a été dûment remis aux forces policières. Pas question que la manif soit déclarée illégale! Ce serait bien le comble… Signe des temps, Me François Desroches et Me Rémi Bourget, les organisateurs de la marche, ont spontanément appelé leurs confrères à manifester à la suite de réflexions inquiètes échangées par des juristes via Facebook.

« Notre marche a pour but d’exprimer notre désarroi devant l’adoption d’une loi spéciale qui nous semble constituer une atteinte disproportionnée aux libertés d’expression, d’association et de manifestation pacifique3 », précise le communiqué annonçant la manifestation.

« Imaginez les tam-tams du mont Royal, techniquement c’est illégal, ajoute Me Bourget en entrevue4. Les amuseurs publics dans le Vieux-Port, techniquement c’est illégal. Quand les Italiens ou les Portugais remportent une victoire à l’Euro et [qu’ils] vont spontanément descendre dans la rue, ça aussi c’est illégal. Alors, on s’attaque vraiment à tous les droits des citoyens. »

De noir vêtus, rehaussé d’une lavallière immaculée et souvent d’un carré rouge, ils et elles défilent donc dans le quartier montréalais des affaires et dirigent leur marche silencieuse vers le parc Émilie-Gamelin, emblématique point de ralliement et quartier général de la contestation depuis le début des manifestations étudiantes.

À leur arrivée, les juristes sont accueillis par les clameurs de la foule réunie pour la 35e (et désormais traditionnelle) manifestation nocturne. La loi 12 est un rouleau compresseur inutile, inique. Les carrés rouges de tous horizons le clamaient haut et fort. Les juristes le confirment par leur manif silencieuse et leur banderole concise. Joyeux tintamarre de trompette et casseroles pour appuyer ces hommes et femmes de loi qui ont osé en contester une hors des prétoires feutrés, sur l’asphalte des rues. L’un des co-organisateurs de la marche prononce un discours; le silence a ses limites.

Des drapeaux rouges et des vivats pour accueillir des notaires et des avocats en pétard? Oui. Décidément, on aura tout vu. Décidément, ce printemps aura porté des fruits bien inattendus.

1 L’expression a d’abord désigné les étudiants en grève contre le projet d’augmentation des frais de scolarité du gouvernement Libéral de Jean Charest. Par extension, elle s’est ensuite appliquée à toute personne, étudiante ou non, favorable à cette contestation estudiantine et, plus tard encore, à toute personne appuyant le mouvement social et populaire catalysé par les étudiants.

2 Voir galerie « Conférence de presse de la CLASSE : on désobéit, ça urge! – 21 mai » : http://printempsquebecois.com/conference-presse-classe-loi-78/ 

3 http://www.faitsetcauses.com/2012/05/27/marche-silencieuse-des-juristes-toges-a-lappui/

4 Propos rapportés par Radio-Canada : http://www.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2012/05/28/001-juristes-manifestation-loi-78.shtml