À propos
Vous êtes ici:   Accueil  /  Chronologie  /  12 fois plutôt qu’une : Manifestation générale illimitée! – 11 avril
  • Les manifestants remontent vers le Square Victoria après avoir marché dans les rues du Vieux-Montréal.
  • Le Square Victoria, décoré de rouge pour la Manifestation Générale Illimitée.
  • La manifestation du Rabbit Crew, dirigée par la fameuse boussole de carton.
  • La manifestation du Rabbit Crew quitte le Square Victoria.
  • La manifestation du Rabbit Crew zig-zague dans les rues du centre-ville de Montréal.
  • Un membre du Rabbit Crew s'amuse dans la rue avec un vieux pneu.
  • Le Rabbit Crew pose sur la statue de Victoria, au Square du même nom.
  • Le Rabbit Crew pose sur la statue de Victoria, au Square du même nom.
  • La manifestation de la faculté de l'aménagement de l'Université de Montréal ( Archi-contre )
  • La manifestation de la faculté de l'aménagement de l'Université de Montréal ( Archi-contre )
  • La manifestation de la faculté de l'aménagement de l'Université de Montréal ( Archi-contre ). À l'avant, une étudiante assise sur un skateboard.

12 fois plutôt qu’une : Manifestation générale illimitée! – 11 avril

Mercredi 11 avril 2012, Montréal.

Montréal. Le matin, vers 7 h 30, des manifestants ont bloqué les accès de la tour de la Banque Nationale et se sont attiré des froncements de sourcils, des insultes et même quelques coups d’employés empêchés d’aller travailler. L’escouade anti-émeute est intervenue pour vider les lieux à coups de matraque et de poivre de Cayenne irritant. Fort heureusement, la journée se poursuit sous des auspices plus conviviaux, mais aussi plus sportifs.

Rouge Illimité s’est donné pour mission d’établir le lien entre les différents réseaux afin de maximiser l’affluence aux activités de contestation. Organisée par ce petit groupe, la Manifestation générale illimitée compte pas moins de 12 marches déclenchées sur 12 heures : un cortège par heure de 7 h à 19 h! Le trajet de chacun d’eux forme une boucle qui dure moins d’une heure, pour permettre aux protestataires de participer à plusieurs manifestations successives. Un véritable marathon!

Les manifestants se retrouvent au square Victoria, pavoisé de rouge pour l’occasion. Les membres de l’École de la Montagne Rouge* enjolivent en sérigraphie les t-shirts des manifestants. Des jeux et des spectacles de musique égayent l’attente entre les départs. Avec la régularité d’un métronome, les manifestations s’élancent à tour de rôle dans la joie et la bonne humeur. Chacune a sa thématique : on « marche » à vélo; on conteste avec le Rabbit Crew**… Tous les trajets ont été annoncés à l’avance aux policiers – sauf celui du Rabbit Crew, les sémillants « lapins » préférant se laisser guider par leur instinct animal et leur célèbre boussole en carton.

* L’École de la Montagne Rouge (EDLMR) est un regroupement d’étudiants provenant pour la plupart du programme de Design graphique de l’UQÀM (Université du Québec à Montréal). Par leur créativité prolifique arrimée à une réflexion et des recherches graphiques poussées, ils ont donné au Printemps québécois certaines de ses expressions visuelles les plus éblouissantes et ont constitué au fil de leurs œuvres un « fonds d’archives » inattendu sur les événements.

** Les « Lapins contre la hausse (et contre Pâques) » : Avec Anarchopanda et Banane Rebelle, les membres du Rabbit Crew comptent parmi les mascottes spontanées les plus appréciées du mouvement étudiant. Portant des masques de lapins, ils déploient des actions politico-sarcastiques délirantes telles que : fausses vidéos d’enlèvement avec demandes absurdes de rançons, jeux de cache-cache et danses sautillantes devant les forces de l’ordre, etc.

Chronologie  /  Tags: