À propos
Vous êtes ici:   Accueil  /  Chronologie  /  Fête des travailleurs et travailleuses : paisible ou musclée? – 1er mai
  • Manifestation-de-la-fête-des-travailleurs-du-1er-mai-2012-à-Montréal_003
  • Manifestation-de-la-fête-des-travailleurs-du-1er-mai-2012-à-Montréal_004
  • Manifestation-de-la-fête-des-travailleurs-du-1er-mai-2012-à-Montréal_001
  • Manifestation-de-la-fête-des-travailleurs-du-1er-mai-2012-à-Montréal_002
  • Manifestation-de-la-fête-des-travailleurs-du-1er-mai-2012-à-Montréal_005

Fête des travailleurs et travailleuses : paisible ou musclée? – 1er mai

Mardi 1er mai 2012, Montréal.

Aujourd’hui, c’est « deux pour un » au rayon Manifs!

Pour marquer la Fête internationale des travailleurs et travailleuses traditionnellement célébrée le 1er mai depuis la fin du 19e siècle, les syndicats organisent un rassemblement dans le quartier Rosemont-La Petite-Patrie. Cette année, les associations étudiantes ont appelé leurs membres à se joindre à cette manifestation. Martine Desjardins, la présidente de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), et Léo Bureau-Blouin, président de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), prononcent des discours avant le départ. La marche s’élance à 18 h 00 du parc Molson et serpente jusqu’au parc Père-Marquette. Elle rassemble des sans-emploi, des jeunes travailleurs, des vieux routiers du mouvement syndical, des étudiants… Armés de bannières, de pancartes et d’étendards colorés, plusieurs milliers de personnes de tous âges défilent paisiblement sous un ciel frisquet de grisaille.

Au même moment, la traditionnelle manifestation du 1er mai de la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC) rallie plusieurs milliers de personnes au centre-ville. Les manifestants se mettent en marche vers 17 h 30. Dès 18 h 02, la police déclare leur rassemblement illégal et exige leur dispersion au motif que certains manifestants auraient lancé des projectiles aux forces de l’ordre : affrontements, courses-poursuites, 107 arrestations…

Entre marche paisible et course musclée, le cœur des manifestants du 1er mai a peut-être balancé – mais leurs pieds n’ont pas chômé.