À propos
Vous êtes ici:   Accueil  /  Chronologie  /  Manifestation anticapitaliste : CLAC et fers à cheval – 15 mai
  • Manifestation-étudiante-du-15-mai-2012-à-Montréal_007
  • Manifestation-étudiante-du-15-mai-2012-à-Montréal_005
  • Manifestation-étudiante-du-15-mai-2012-à-Montréal_002
  • Manifestation-étudiante-du-15-mai-2012-à-Montréal_004
  • Manifestation-étudiante-du-15-mai-2012-à-Montréal_010
  • Manifestation-étudiante-du-15-mai-2012-à-Montréal_003
  • Manifestation-étudiante-du-15-mai-2012-à-Montréal_011
  • Manifestation-étudiante-du-15-mai-2012-à-Montréal_008
  • Manifestation-étudiante-du-15-mai-2012-à-Montréal_013
  • Manifestation-étudiante-du-15-mai-2012-à-Montréal_009
  • Manifestation-étudiante-du-15-mai-2012-à-Montréal_012
  • Manifestation-étudiante-du-15-mai-2012-à-Montréal_001

Manifestation anticapitaliste : CLAC et fers à cheval – 15 mai

Mardi 15 mai 2012, Montréal.

La Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC) a appelé à une manifestation à l’occasion de l’Assemblée annuelle des actionnaires de Power Corporation, qui se tient à l’hôtel InterContinental. Vers 10 h, 100 à 200 personnes se présentent au rendez-vous. Devant les portes bien gardées de l’hôtel, policiers et manifestants se toisent. La tension monte. Les policiers dégainent le poivre de Cayenne irritant pour repousser des protestataires qui semblent vouloir entrer dans l’hôtel. Avec l’appui de la cavalerie, l’escouade anti-émeute intervient, boucliers et matraques au poing.

Les manifestants partent alors vers l’est et bloquent une sortie de l’autoroute Ville-Marie, au coin de la rue Papineau, causant une certaine perturbation routière. Ils reviennent ensuite vers le centre-ville sous forte escorte automobile policière.

Rue Saint-Antoine, la cavalerie ferme leur cortège. Soudain, les cavaliers s’élancent dans la côte menant au Champ-de-Mars, derrière l’Hôtel de Ville. Chaos, confusion. Les manifestants gravissent la colline en courant pour voir ce qui se passe et, le cas échéant, prêter main-forte à ceux ou celles qui pourraient avoir été cernés par les cavaliers.

Ils redescendent ensuite rue Saint-Antoine. Aux abords du square Victoria, l’anti-émeute et la cavalerie se sont déployées pour leur interdire l’accès à l’InterContinental. Les manifestants négocient avec le commandant des forces policières, qui consent finalement à les laisser s’approcher un peu de l’hôtel à condition de rester sur les trottoirs.

Plus loin, un cavalier leur barre le passage. Visiblement, il n’a pas été informé de l’autorisation qui vient d’être accordée par le commandant. Enfin, l’ordre lui parvient et il s’écarte, sourire aux lèvres. Alors que les premiers manifestants franchissent le barrage de l’anti-émeute, plusieurs policiers les interceptent sans ménagement. Apparemment, les instructions du commandant ne se sont pas non plus rendues jusqu’à eux… Voyant la scène, d’autres manifestants se mettent à crier et s’avancent. Les policiers réagissent vivement. Plusieurs cavaliers arrivent sur le trottoir à toute vitesse. Renversé par un cheval, le photographe du quotidien Le Devoir, Jacques Nadeau, échappe de peu à la blessure grave.

Après avoir déclaré la manifestation illégale, la police disperse la foule vers 13 h. L’opération se solde par deux arrestations.